Rétrospective en Suisse, un brin d’histoire et de design. 

Art éphémère par sa fonction même, le papier peint a cependant traversé les générations et son assortiment s’est renouvelé selon les tendances en décoration d’intérieur. 

On peut se laisser guider à travers l’histoire simplement en regardant le design des papiers peints. Ils sont le reflet inconditionnel d’une époque, d’une tranche de vie. 

Et en Suisse ? Qu’est-ce qu’on en dit ?

Et bien à la lecture du très bel ouvrage Papiers peints, poésie des murs, coédité par le Musée national suisse et La Bibliothèque des Arts, sachez que le papier peint fut bien présent chez nous durant le siècle dernier. Il est vrai que la Suisse n’a pas une tradition de manufactures de papiers peints comme la France ou l’Angleterre mais ce revêtement mural a naturellement suivi les grands courants artistiques dans nos intérieurs. 

En voici quelques exemples :

Photo 1 : Papier peint à motif de lys provenant de la maison « Zum Morgenstern » Zürich. Manufacture inconnue (Allemagne?), vers 1900.

Photo 2 : Fragment de papier peint à motif d’indienne, château de Prangins. Manufacture inconnue (Angleterre?), vers 1910-1920.

Photo 3 : Fragment de papier peint à motif d’indienne, château de Prangins. Personnellement, je ne m’en lasse pas. Manufacture inconnue (Angleterre?), vers 1910-1920.

Source photos : ouvrage Papiers peints, poésie des murs

En transition. De l’art nouveau à l’art déco avec ce papier peint d’André Groult, décorateur parisien choisi par Charles-Edouard Jeanneret pour le salon de la Maison blanche à La Chaux-de-Fond, 1912

Puis, interviennent les tentures avec des effets de matière, des jeux de texture ou carrément des monochromes. Tout ornement vu précédemment est supprimé. Les influences du Bauhaus sont là avec ce nouvel esthétisme épuré. Du moins, ce fut la préférence décorative des Suisses et des Suissesses à cet époque. 

Ensuite, black-out du papier peint pour un certain temps avec le règne des murs blancs ou du papier ingrain à peindre. On le doit à qui ? Aux architectes (mais ceux-là…) et à une vision plus sévère des intérieurs. 

Heureusement, les années 50 permirent la réapparition du papier peint dans toute sa gaité avec des motifs abstraits ou figuratifs.

 Papier peint à motif abstrait. Musée national suisse. Manufacture Genval (Belgique), vers 1950-1960.

Pour les années 70, ma source est navrée d’informer la lectrice que je suis que le Musée national suisse n’a pas de vestiges de papiers peints illustrant, je cite : «  des gigantesques fleurs ou des illusions d’optique qui éclaboussent de leurs couleurs effrontées les murs des années Pop. ». J’adore.

L’idée étant de montrer des originaux et non des copies de style, je vous présente une série de papier peint bien collector qui, j’en suis sûre, ont orné nos murs suisses à cette époque.

L’Histoire du papier peint ne s’arrête bien sûr pas là. De jeunes designers suisses s’y sont essayés avec de nouveaux concepts. Un témoignage bien réel de l’intérêt que le papier peint suscite dans le monde du design. 

Pour ma part, je dirai que passablement de thématiques du design du passé sont reprises, repensées, revisitées est c’est tant mieux.

J’ai toujours un immense plaisir à découvrir les collections de papiers peints de magnifiques Maisons d’édition pour le proposer dans vos intérieurs. 

Le papier peint est définitivement plus qu’une mode.